L’UDAP est l’unique organisation syndicale des Directeurs des sociétés d’assurances, d’assistance, de courtage, des mutuelles et des groupes de protection sociale. Quelle est notre raison d’être ?

Depuis plus de 50 ans, l’UDAP porte haut les valeurs de la CFE-CGC, à laquelle elle adhère : respect de l’humain, solidarité, égalité des chances, promotion au mérite et sens des responsabilités liées à la hiérarchie des rémunérations.

 

Quelles sont les missions de l’UDAP ?

Déjà, porter la voix des cadres dirigeants de la profession autour de leurs préoccupations professionnelles et les représenter auprès des organisations professionnelles, du régulateur, de l’administration, de la représentation nationale, et partout où c’est nécessaire. Nous menons également des réflexions sur le présent et l’avenir des missions des cadres dirigeants : groupes de travail thématiques, débats, études et enquêtes (la prochain est prévue en janvier 2019). Nous animons des espaces de rencontres et d’échange professionnels. Enfin, nous accompagnons ceux des nôtres qui réfléchissent à leur évolution professionnelle et nous les conseillons dans ces périodes délicates que sont les séparations, notamment dans le cadre de la commission des Bons offices (médiation conventionnelle dans le secteur de l’Assurance).

 

L’UDAP anime un réseau de relation et d’échange entre directeurs de la profession autour de thématiques professionnelles ou de société.

Nous organisons régulièrement des petit-déjeuners thématiques ainsi que, tous les ans, une soirée-débat ouverte à la profession. En 2015, le débat avait porté sur « Directeur et syndiqué, un risque ou une opportunité pour l’entreprise » avec André Renaudin, DG de AG2R LA MONDIALE et président de ROAM. En 2016, nous avions planché sur le Handicap, pris sous 3 angles – Sociétal, Managérial et Assuranciel – avec Jean-François Kahn, Président de la FIRAH, Jean-Manuel Kupiec, DGA de l’OCIRP et Nicolas Gomart, DG de Matmut.

L’an dernier c’était l’avenir des Cadres dirigeants après 55 ans, avec Patrice Paulet, PDG de l’AGMP, Thomas Saunier, DG de Malakoff Médéric et Jean-Louis Walter, Médiateur de Pôle Emploi. Le 13 novembre 2018, pour notre soirée annuelle, le thème a porté sur « le Cadre nouveau » et les nouvelles conditions d’exercice du management : génération Y, entreprise libérée, halocratie, parité/diversité, … Pour débattre du sujet, nous étions à la parité de genre, avec 4 personnalités aux regards croisés : Isabelle Hébert, DG de la MGEN, Catherine Blondel, coach de dirigeants, François Hommeril, Président de la CFE-CGC et Daniel Keller, Directeur de la Transformation d’Humanis. Près de 120 cadres dirigeants, militants syndicaux, influenceurs et acteurs de la société civile, étaient présents pour une soirée enrichissante et conviviale. Les délégués généraux du CTIP, de la FNMF, de ROAM, le Président de la commission Santé de la FFA, nous ont fait le plaisir de leur participation.

 

Quelles sont les conditions pour adhérer à l’UDAP ?

L’UDAP est ouvert aux salariés de la profession assurant ou ayant assuré des fonctions de direction, dans l’Assurance (statut cadre de direction), dans la Mutualité (C4 ou D) et dans les Organismes paritaires (C8 ou hors classe). Les adhérents, du jeune directeur au directeur général adhèrent à titre personnel. Les cotisations donnent lieu à défiscalisation à hauteur de 66%. Ainsi pour une cotisation de 195€ (respectivement 125€ pour les retraités ou en transition), le coût annuel réel revient à ~60€, soit 5€/mois. A ce prix-là …

 

Quelles relations entretient l’UDAP avec les organismes professionnels ?

Nous nous voulons partenaire des organismes professionnels CTIP-AGIRC-ARRCO, FFA et ANEM (FNMF). Ils représentent leurs adhérents (Groupes de protection sociale, compagnies, mutuelles, …) et nous les cadres de direction qui dirigent ces entreprises et les font fonctionner. Nos sorts sont donc fortement liés. Nous n’avons pas toujours la même lecture des situations et des évènements mais nos relations sont franches et constructives. Nous avons également des relations avec l’Institut des Actuaires, avec qui nous échangeons, notamment ces derniers temps sur les fonctions-clés. Comme avec l’ADOM, association de directeurs très active dans la mutualité.

Avec l’ACPR, du fait de son statut, notre relation est d’une autre nature. Nous nous rejoignons pleinement sur l’éthique professionnelle et l’impératif de solvabilité des opérateurs d’assurance. En revanche, là où l’ACPR va considérer la situation d’un point de vue institutionnel, à l’UDAP, nous allons nous concentrer sur les individus en responsabilité directoriale et les conditions d’exercice de leurs métiers. Nous nous sommes ainsi rencontrés à plusieurs reprises sur le sujet des fonctions-clé car nous étions préoccupés par le risque de contradiction qui pouvait peser sur les tenants des 4 fonctions-clés entre « devoir d’alerte » (Solvency 2) et « devoir de loyauté » (contrat de travail). Les décrets d’application de la directive publiés depuis nous semblent aller dans le bon sens. Nous sommes satisfaits d’avoir été entendus et compris. Nous restons toutefois vigilants sur la mise en œuvre.

 

Quelles relations entretient l’UDAP avec les autres syndicats de salariés…?

En tant que syndicat des directeurs de la profession, notre action s’inscrit dans le cadre du pacte républicain. Elle est donc collaborative et exigeante. Nous travaillons avec l’ensemble des autres syndicats CFE-CGC des branches de l’assurance, de la mutualité et de la protection sociale. Nous y portons la voix des directeurs. Nous entretenons également des relations constructives avec les autres organisations syndicales sur des thèmes d’intérêt général communs comme la prévention, la santé, le handicap, …

 

Quelle est la gouvernance de L’UDAP ?

Nous avons un conseil national de 15 membres, élus par les adhérents lors des AG annuelles. Ils consacrent beaucoup de temps à faire vivre l’organisation : rédaction de notes, animation de groupes de travail, représentation auprès des organisations professionnelles et pouvoirs publics, organisation d’évènements, action de conseil auprès des membres et de solidarité. A la différence des militants syndicaux en entreprise, les membres du CA UDAP n’ont ni mandats électifs dans leurs entreprises, ni heures de délégation. Tous sont bénévoles et élus pour 2 ans.

 

Nos priorités en tant qu’organisation syndicale

Nous souhaitons renforcer le dialogue social, par l’exemplarité et redonner ses lettres de noblesse à un syndicalisme par trop décrié dans notre pays. Nous pensons, en effet, que nul n’est mieux placé que les acteurs eux-mêmes, représentés par des organisations syndicales et patronales pour faire vivre le cadre et les règles qui régissent le monde du travail. Le dialogue social n’est peut-être pas parfait ! Dont acte. Raison de plus d’y travailler, avec vigilance et persévérance, dans le cadre du pacte républicain. L’UDAP, qui représente les dirigeants de l’assurance et de la protection sociale, œuvre en ce sens au sein de la CFE-CGC.

Nous souhaitons tout autant porter haut et fort la voix des Directeurs. En effet, contrairement à certains discours démagogiques, nous croyons que les élites sont utiles et qu’elles ne sont pas en contradiction avec l’élévation de l’Homme. Nous croyons que ce qui bénéficie aujourd’hui aux élites, doit un jour bénéficier à tous. Nous croyons qu’en portant la voix des directeurs, nous ne nous intéressons pas qu’au bien-être d’une élite, mais bien au contraire, nous travaillons à une société du progrès et des lumières. L’innovation sociale, qui nous est chère à l’UDAP, et plus généralement à la CFE-CGC, doit bénéficier à tous. Nous croyons qu’elle ne viendra plus de la lutte des classes mais du haut de la pyramide. L’enjeux est majeur. Si nous échouons, les classes moyennes dénoncerons le pacte social, sur lequel est bâtie notre République et nous vivrons alors des jours sombres.

 

 

 Statuts UDAP (en PDF)

  • Djamel Souami
    Djamel Souami Président

    djamel.souami@gmail.com
    + 33 (0)6 70 48 41 24

  • Pierre-Olivier ADREY
    Pierre-Olivier ADREY Délégué Général

    padrey@macif.fr
    + 33 (0)6 80 35 33 80

  • Eric Bernhardt
    Eric Bernhardt Trésorier
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Illisible? Changer de texte.

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher